Troubles de la personnalité

Qu'est-ce que la personnalité :

La personalité est constituée de l'ensemble des comportements, pensées, affects et modes d'adaptation psychologique qui caractérise de façon distinctive et durable le fonctionnement habituel d'un individu. Il s'agit donc d'une structure psychologique résultant du développement et de l'adaptation de la personne à son environnement depuis l'enfance.

La personnalité peut être divisée en deux
dimensions :

La part innée : Le tempérament représente la part innée de votre personnalité, c'est l'ensemble de vos dispositions générales neurobiolologiques, de l'humeur et de votre sensibilité face à votre relation avec vous-même et votre environnement. Votre tempérament influence mais ne détermine pas votre personnalité. 

La part acquise : Le caractère, la programmation, le conditionnement, les modes de fonctionnements appris... C'est là votre manière habituelle de réagir aux situations de la vie, vos modes de pensées, vos croyances et vos valeurs.  Cette part acquise est propre à chaque personne et ayant été développée à travers vos expériences de vie, elle peut être révisée et ajustée. 

Tempérament + Environnement = Caractère

Ces deux composantes interagissent de façon déterminante. Ainsi, certains éléments du tempérament, sans être d'emblée pathologiques, peuvent être moins bien adaptés à une famille ou à un contexte donnés, ce qui peut créer un cercle vicieux et une accentuation des difficultés d'adaptation. Par exemple, un enfant énergique, curieux et attiré par les stimuli nouveaux pourrait être perçu comme irréfléchi par des parents n'ayant pas un fort sentiment de sécurité. Ceux-ci pourraient réagir en imposant une discipline très stricte qui poussera l'enfant à défier l'autorité, ce qui ne ferait que conforter les parents dans leur perception. Il serait probablement plus juste de parler d'adaptation entre le tempérament d'un enfant et son milieu, plutôt que de bon ou mauvais tempérament ou que de bons ou mauvais parents. (Goodness of fit, Thomas et Chess, 1977)

Chaque personnalité se distingue par un grand nombre de traits de personnalité. Il arrive que ces traits soient inflexibles et inadaptés, de sorte que l'individu présente un déficit marqué dans presque toutes les sphères de fonctionnement et éprouve souvent une souffrance subjective importante, ce qui constitue le trouble de la personnalité. Autrement dit, les mécanismes d'adaptation de l'individu sont rigides et entraînent, de façon chronique, des problèmes ou de la souffrance dans divers champs relationnels (relations professionnelles, amoureuses, familiales et d'amitié). 

Croyances fondamentales et stratégies associées aux différents troubles de personnalité

Le tableau suivant classifié par Beck nous offre un aperçu rapide des différents troubles de personnalité.

Trouble de la personnalité Croyances fondamentales ou attitudes Stratégies (comportements adoptés)
Personnalité paranoïaque Les gens sont des adversaires potentiels. Être sur ses gardes. Comportements méfiants et belliqueux
Personnalité schizoïde J'ai besoin de beaucoup d'espace. Isolement
Personnalité schizotypique Les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être. Excentricité Méfiance
Personnalité antisociale Les gens sont là pour être dupés / utilisés. Agression
Attaque
Personnalité limite (borderline) Je ne peux pas me contrôler. Impulsivité
Personnalité histrionique Je dois impressionner. Dramatisation
Théâtralisme
Personnalité narcissique Je suis spécial / exceptionnel. Surestimation de soi
Personnalité évitante Je risque d'être blessé Évitement
Personnalité dépendante Je suis impuissant. Je ne peux rien faire seul. Attachement
Personnalité obsessionnelle- compulsive Les erreurs sont mauvaises / catastrophiques, je dois les éviter Perfectionnisme
(d'après Beck et coll.,1990, avec modifications).



Qui en est touché ?


La continuité qui existe entre la personalité normale et la personnalité pathologique fait en sorte que la prévalence sera fortement influencée par le lieu relativement arbitraire où l’on décidera de trancher. Quelques études épidémiologiques semblent néanmoins confirmer une prévalence de 6% à 11% de troubles de personnalité dans la population générale (Samuels et coll., 1994).



Schémas cognitifs des troubles de personnalité



La personnalité paranoïaque


Le trouble de personnalité paranoïaque est caractérisé par la méfiance et la suspicion. La personne se sent toujours injustement traitée, se méfie des autres qui représentent pour elle une source de danger, se sent constamment insultée ou attaquée, et voit un manque de loyauté là où il n’y en a pas. Il est évident que dans certaines circonstances, en particulier en cas de guerre ou de conflit, la méfiance est souhaitable, mais lorsque celle-ci devient la stratégie prédominante d’une personne, qu’elle se présente d’une manière globale et rigide, ce trait rend la personne inadaptée à son milieu et l’empêche de s’y épanouir.

Croyances de base

Je suis vulnérable.
On ne peut pas faire confiance aux autres.

Attitudes caractéristiques

Si je ne me méfie pas, les autres m’exploiteront.
Si les gens ont l’air gentils, c’est qu’ils essaient de me duper.

Directives à soi-même

Ne fais confiance à personne
Cherche les motifs cachés

Émotions type

Colère, anxiété.

Pensées automatiques

Ils essaient de m’humilier
Ils croient que je vais leur faire des confidences, pour qu’ils puissent en tirer avantage.
Ce collègue est surnois, il cache ses vrais motifs.


La personnalité schizoïde

Le détachement vis-à-vis des autres et l’inhibition affective caractérisent le trouble de la personnalité schizoïde. La personne craint l’envahissement par les autres. Elle est indifférente aux relations sociales, évite l’intimité et n’admet pas d’entraves à sa liberté. Elle se montre froide et recherche l’isolement. Elle a souvent développé un niveau très élevé d’autonomie. Bien que la plupart des gens désirent une certaine liberté et apprécient parfois la solitude, c’est le degré d’intensité et d’inflexibilité de ces caractéristiques chez le sujet schizoïde qui révèle une anormalité.

Croyances de base

Je ne suis pas comme les autres.
Les rapports étroits avec les autres n’apportent que des problèmes.

Attitudes caractéristiques

Si je laisse les gens devenir trop proches, ma vie sera insupportable.
Puisque je me sens vide, les gens ne voudront pas de moi.

Directives à soi-même

Fais les choses seul.
Garde tes distances.

Émotions types

Sans ressort, gêne sociale.

Pensées automatiques

Je ne suis pas à l’aise avec ces gens.
Ils devraient me laisser seul.
Je ne suis pas intéressé.
Je ne comprends pas pourquoi ils ont l’air d’être si heureux ensemble.


La personnalité schizotypique

Dans ce trouble, les carences dans les relations personnelles et les contacts sociaux sont marqués, comme chez les sujets schizoïdes, mais les distorsions cognitives et les comportements excentriques sont plus prononcés. L’idéation paranoïaque est souvent présente chez le sujet schizotypique mais il a également une conception singulière du monde dans lequel il voit des signes magiques et mystérieux.

Croyances de base

Je suis télépathe, j’ai certains pouvoirs (soi-même)
Il faut se méfier des gens (les autres)

Attitudes caractéristiques

Si je dis aux gens ce que je pense vraiment, ils ne me comprendront pas.
Ils penseront que je suis un monstre, ils me rejetteront.

Directives à soi-même

Fais attention à tous les détails, il peut y avoir des signes importants.
Ils pensent que c’est de la superstition, mais toi tu en sais plus qu’eux.
Évite cette personne, elle porte malheur.

Émotions types

Anxiété dans les rapports sociaux ; inconséquence.

Pensées automatiques

Est-ce qu’ils m’observent ?
Je sais ce qu’ils pensent.
Je ne peux pas supporter d’être avec les gens.
Il ne faut absolument pas que je lui parle ou il va m’arriver malheur.


La personnalité antisociale


Elle se caractérise par un manque total de respect des droits des autres et une résistance active aux règles sociales. Le sujet est souvent enclin à la supercherie et l’exploitation d’autrui. Il est impulsif et incapable de projets à long terme.

Croyances fondamentales

J’ai droit à ce que je veux.
Les gens sont faits pour être exploités.

Attitudes caractéristiques

Si je ne profite pas d’eux, c’est eux qui profiteront de moi.
Si je veux quelque chose, je l’aurai.

Directives à soi-même

Tu veux ça, prends-le.
Eh bien, mens.
Il t’agace, frappe-le.

Émotions types

Irrascibilité, indifférence.

Pensées automatiques

Je suis très habile, ils ne sauront pas que je mens.
Je me moque pas mal de ce qu’ils pensent.
Je leur ferai bien voir qui est le plus fort.
Je suis en colère, il faut que je fasse quelque chose.


La personnalité borderline (limite)


Elle est caractérisée par une instabilité de l’humeur, des relations interpersonnelles et de l’image de soi-même. Les sujets borderline sont souvent impulsifs, susceptibles aux émotions négatives et ils se sentent très vite frustrés.

Croyances de base

Je n’ai pas le contrôle de moi-même.
Personne ne me comprend.

Attitudes caractéristiques

Si je ne fais pas ce que les autres veulent, ils m’abandonneront.
Personne ne voudra de moi, s’ils me connaissent vraiment.
Si je ne peux pas contrôler mes émotions, c’est la catastrophe.

Directives à soi-même

Ne te fais pas d’amis : ils te feront de la peine.
Tu es mauvais, punis-toi.
Fais-toi mal pour ressentir quelque chose.

Émotions types

Anxiété, dépression, colère.

Pensées automatiques

Je serai toujours seul.
La douleur que je ressens est intolérable.
Je suis un fardeau pour ma famille.
J’ai mal fait de me confier à cette personne, maintenant elle me méprise.


La personnalité histrionique

Elle est caractérisée par des réponses émotionnelles excessives et une recherche constante d’attention. Le sujet histrionique rapporte tout à eux-même, dramatise ses relations ; il a besoin des autres et est influençable.

Croyances de base

Seul je suis incapable d’organiser ma vie.
Je sais charmer les gens pour qu’ils m’aident et qu’ils m’aiment.

Attitudes caractéristiques

Si je ne me fais pas remarquer, je ne plairais pas.
Pour obtenir ce dont j’ai besoin, il me faut éblouir ou amuser les gens.

Directives à soi-même

Fais-toi remarquer.
Cherche à plaire, flirte un peu.
Porte des vêtements qui sorte de l’ordinaire.

Émotions types

S’ennuie vite, déprimé; gaieté.

Pensées automatiques

Ils me trouvent irrésistible.
Je suis charmant et amusant.
Ils ne me remarquent pas.
Cette personne est formidable mais les deux autres sont abominables.


La personnalité narcissique

Les caractéristiques principales sont l’inflation de soi, le besoin d’admiration et le manque d’empathie. Le sujet narcissique exagère ses réussites et ses talents ; il se considère exceptionnel et exige un traitement de faveur. 

Croyances de base

Je suis exceptionnel.
Les autres me sont inférieurs; me doivent le respect.

Attitudes caractéristiques

Je suis supérieur aux autres, on doit me traiter comme tel. Si les gens ne montrent pas le respect que je mérite, ils doivent être punis. Si on ne m’admire pas, si on ne me fait pas de compliments, cela veut dire qu’on ne m’apprécie pas à ma juste valeur.

Directives à soi-même

Dis-leur tout ce que tu as accompli.
Ne t’occupe pas des règles, elles ne sont pas pour toi.
Qu’ils me cèdent la place, je leur suis supérieur.

Émotions types

Dépression, colère

Pensées automatiques

Ils ne savent pas qui je suis.
Mes besoins sont plus importants que ceux des autres.
Je n’ai pas besoin d’attendre mon tour.
Ce sont des moins que rien.


La personnalité évitante

La personne évitante est inhibée dans son comportement social, manque de confiance en elle-même et se montre hypersensible à toute critique ou remarque perçue comme défavorable. Elle se sent gênée dans les situations sociales, anxieuse si l’on évalue son travail et évite de prendre des risques. Son profil cognitif est en partie similaire aux profils dénotant d’autres catégories diagnostiques, en particulier la phobie sociale, l’agoraphobie et la personnalité schizoïde.

Croyances de base

Je suis inepte, je ne plais pas.
Les autres me sont supérieurs.

Attitudes caractéristiques

S’ils apprennent à me connaître, ils me rejetteront.
Si je participe à quelque chose, je me rendrai ridicule.

Directives à soi-même

Il ne faut pas prendre de risques.
Pas d’émotions fortes, je ne les supporte pas.

Émotions types

Anxiété, tension, dépression.

Pensées automatiques

Je vais échouer.
Ils ne m’aiment pas.
Je suis trop faible.


La personnalité dépendante

Elle se traduit par un besoin excessif de protection, d’aide et d’encouragement. La personne est soumise, s’accroche aux autres et craint toujours  qu’on l’abandonne. Elle trouve très difficile de prendre une décision, manque d’initiative et se refuse à assumer toute responsabilité. Elle craint la solitude et fera n’importe quoi pour obtenir l’affection et le soutien des autres.

Croyances de base

Je suis faible et incapable de me débrouiller seul.
Les autres sont plus forts que moi et peuvent m’aider.

Attitudes caractéristiques

Si je ne suis pas aimé, je serai toujours malheureux.
S’il n’y a pas quelqu’un de fort pour m’épauler, je me sens perdu.
J’ai besoin de savoir que quelqu’un peut m’aider n’importe quand.

Directives à soi-même

Ne contrarie personne, tu as besoin d’eux.
Fais tout ce qu’ils demandent, même si c’est difficile.
Ne prend pas de décisions seul.

Émotions types

Anxiété, dépression

Pensées automatiques

Je ne peux rien faire seul.
Je ne peux pas supporter qu’on m’abandonne.
Les gens en ont assez de moi.
Ils me trouvent minable.


La personnalité obsessive-compulsive (ou perfectionniste)


Elle se caractérise par un désir prédominant d’ordre et de perfection et par la rigidité dans le contrôle de soi-même et dans les relations interpersonnelles. L’obsessif-compulsif applique les règles à la lettre et son perfectionnisme réduit son efficacité. Le travail passe avant tout, aux dépens d’autres aspects de la vie.

Croyances de base

Je suis responsable de moi et des autres (soi-même)
Les gens ne sont pas fiables (les autres)

Attitudes caractéristiques

Si je ne réussis pas à 100%, c’est un échec total.
Si je ne fais pas mon travail d’une manière précise et systématique, ce sera le chaos.
Les gens devraient être ponctuels et tenir leur promesses.

Directives à soi-même

Prévoir les moindres détails.
Tout doit être bien fait sinon cela n’en vaut pas la peine.
Il faut que tu gardes toujours le plus haut niveau de performance.

Émotions types

Anxiété, dépression

Pensées automatiques

Je ne dois pas faire d’erreurs.
Ça va être la catastrophe.
Je dois faire cela moi-même, ou cela ne sera pas bien fait.
Je devrais faire quelque chose d’utile, au lieu de lire ce roman.


Les esquisses ci-dessus illustrent la théorie des troubles de la personnalité de Beck. Ceux-ci représentent des stratégies sur- et sous-développées, à fin utilitaire à une époque primitive, qui sont élaborées à partir de prédispositions innées (tempérament) et/ou à partir de réactions à des influences nuisibles pendant l’enfance (adaptation à l’environnement).

 




Sources :

Psychothérapies cognitives des troubles de la personnalité, Cottraux et Blackburn, 2006.

Psychiatrie Clinique, une approche bio-psycho-sociale, Lalonde, Aubut, Grunberg et coll. 1999

Goodness of Fit: Clinical Applications, From Infancy through Adult Life. Chess, 1999.